ART DE VIVRE / UN SOIR A L'ARROSOIR – VALERIE BELMOKHTAR

publié le 26/12/2013

 

 
Christine et Alain Bousquet, chefs d'orchestre de L'Arrosoir
 
 

 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Valérie Belmokhtar
 
 
Joséphine Bouchereau (maquilleuse pour le n°8 de Peut-être) et Alain Bousquet
 
 
 
 
 
 
 

Parenthèse fleurie à Oberkampf.

À quelques pas de la place verte, se trouve l'Arrosoir, boutique de fleurs tenue et tendrement entretenue par Christine et Alain Bousquet dont les goûts subtils et les choix inattendus imprègnent les lieux. Et ce soir, ils accueillent le vernissage de Valérie Belmokhtar, artiste du rêve.

L'atmosphère de la boutique nous enveloppe aussitôt de sa douce chaleur et nous plonge dans un jardin aux tonalités douces piquées de pointes vives, aux allures de forêt enchantée qui monte et descend du plafond. Des camaïeux de bleu et de violet, de rose et de rouge, d'orange et de blanc se dressent en îlots de verdure, dont quelques branches s'échappent en toute liberté. Les accords sonnent avec la tranquille perfection de l'harmonie. La décoration intemporelle et délicate n'obéit qu'à une seule règle : la poésie champêtre.

Au coeur de ce havre de douceur, au détour d'un bosquet parfumé, se dévoilent les personnages mélancoliques et oniriques de Valérie Belmokhtar. Entourés de leurs propres forêts, ils ne se révèlent pas aisément et se fondent dans leur écrin avec aisance pour mieux irradier, une fois leur présence décelée. Ils semblent avoir de tout temps appartenu à ce lieu, grâce à un subtil accrochage qui les place en résonance avec les fleurs et les couleurs, comme un dialogue païen entre le sujet et la toile. On se sent emporté dans un rêve, enfantin mais loin d'être naïf, à la fois troublant et incantatoire, les toiles étant les portes ouvertes sur un domaine où règnent les allégories de la nature qui les environne.
On est loin d'une exposition aux murs sobres et vides désormais classique : on est ici sur un territoire, dans un univers total qui vibre de concert, et délicatement orchestré par l'hôtesse, Christine et l'artiste, Valérie, qui diffusent ensemble une féminité sensible et mystérieuse.

L'accueil de nos hôtes est à l'image du lieu : généreux et délicat, dans une profusion de couleurs et de senteurs qui animent tous nos sens. Le vernissage est gai et bon enfant et il semblerait que le temps se soit arrêté.

On sort finalement dans les rues animées de Paris avec le sentiment de quitter un domaine préservé de l'extérieur mais qui ne demande qu'à s'étendre au-delà de son enceinte lumineuse et dont nous emportons quelques graines pour planter plus loin, une part de ce jardin.

Inès Carratié

 

L'Arrosoir
80 rue Oberkampf
75011 Paris
+33 (0)1 43 57 15 61

Valérie Belmokhtar
http://vbelmokhtar.free.fr
http://valeriebelmokhtar.blogspot.fr/

 

Photographe Nathalie Malric